BYE BYE Blondie

d’après Virginie Despentes

adaptation : Marie Mellier

[éléments pour les professionnels - suivre ce lien]

Création - 2016

Gloria est une jeune femme abimée par une enfance prise en étau dans le silence et la violence parentales. Ecorchée par un amour d’adolescence fusionnel qui a pris fin brutalement en provoquant chez elle un court-circuit inacceptable. Gloria est usée par une vie d’adulte marginale.
Encline à des crises de violence envers autrui et elle-même, Gloria est inéluctablement conduite par une pulsion d’autodestruction, ne résiste pas aux excès d’alcool et est incapable de faire des concessions. Elle est en lutte permanente. Sa colère la dévore et l’isole.
Stacks Image 792
Stacks Image 2537
Ses blessures fondent sa personnalité, sa violence est la force qui la maintient en vie. Son humour et sa clairvoyance l’aident à avancer malgré tout. Quand Eric, son amour fou d’adolescence la retrouve vingt ans après avoir disparu, l’univers fragile de Gloria chavire. Malgré sa rancune et son amertume, elle bascule de nouveau pour Eric, alors que tout les sépare à présent.
Stacks Image 2541
D’un monde de érémiste elle est projetée dans l’univers luxueux et superficiel de l’audiovisuel dans lequel vit Eric. Ses repères déjà précaires volent en éclats. Amants inséparables, ils s’accrochent l’un à l’autre et affrontent brutalement leurs différences.

Alcool, sexe, drogue, disputes, rires, pleurs, coups et réconciliations ponctuent leur quotidien. Le passé envahit leur présent et les submerge par vagues violentes.
Gloria se plonge dans la rédaction d’un scénario relatant avec ironie leur rencontre à l’HP et leur amour adolescent. Elle est encouragée par Eric, un producteur et son assistante. Mais l’euphorie créative du début de ce projet de film « Bye bye Blondie » est rapidement supplantée par la mauvaise foi et la malhonnêteté. Cette mésaventure la précipite une fois encore vers ses démons destructeurs, plus forts que jamais.

Le roman de Virginie Despentes est abrasif, drôle, sans concession. Son personnage est en chute libre, cultive sa déchéance et pourtant l’auteur réussit à lui donner la stature d’une héroïne moderne : trash, sensible et révoltée face à un monde gris et standardisé.
Stacks Image 2539
« Menteur t’es qu’une saloperie de menteur et plus jamais te lâcherai ». Elle en tient un. Depuis qu’elle est gosse des gars comme lui sont confortablement vautrés sur le dos des autres, à se toucher le cul en se trouvant formidables, pendant qu’ils brisent les reins des autres. Elle en tient un, et il paiera, celui-là, le peu qu’elle peut faire pour lui pourrir sa vie de baltringue, quoi qu’il en coûte, elle le fera. Retour à l’envoyeur, elle veut qu’il récupère ce qu’il a semé en elle. Cet épouvantable mépris de ce qu’elle est. Retour à l’envoyeur. » Extrait BBB.
Stacks Image 2543

Presse

Stacks Image 971

L’équipe de Bye Bye Blondie

Avec : Amélie Dhumetz, Marc Le Gall et Marie Mellier (LadyM)
Musique : Gabriel Fabing
Lumières : Fred Lecocq
Mise en jeu : Nadia Sahali
Mise en scène : Marie Mellier
Photos et graphisme : Julien et William Réveillon
Administration : In Fine, Valérie Gourdel

Marie Mellier

Stacks Image 217

Amélie Dhumetz

Stacks Image 320

Marc Le Gall

Stacks Image 771

Nadia Sahali

Stacks Image 233

LadyM

Stacks Image 265